vendredi 13 avril 2018

De la terre dans la bouche d'Estelle Tharreau

Synopsis

Les vieux de Mont-Éloi savent pourquoi ils s'aiment ou se détestent, même si les autres l'ignorent. La seule histoire à laquelle il faut croire est celle qu'ils ont écrite au musée de la Chênaie.
Elsa refusera cette vérité lorsque sa grand-mère lui léguera une maison perdue dans la forêt, à deux pas d'un village martyr.
Guerre. Occupation. Épuration.
Quarante années ne seront jamais suffisantes pour oublier et chasser les fantômes du passé !

Mon avis

Lorsque les éditions Taurnada m'ont gentiment proposé de découvrir un thriller historique en lien avec la seconde guerre mondiale, j'ai tout de suite accepté, non seulement parce que j'aime beaucoup ce que fait cette maison d'édition mais aussi parce que j'aime les romans historiques.

La plume de l'auteure est très agréable et très fluide. J'ai dévoré ce roman en deux jours car j'avais d'autres obligations. Si j'avais pu, je n'en aurais fait qu'une bouchée! Si tout d'abord, l'histoire à l'air relativement simple, l'intrigue va crescendo et tient son lecteur en haleine. Ce roman a été pour moi totalement addictif en entremêlant secrets de famille et secrets d'histoire, dans un village relativement isolé au sein de la forêt.

L'intrigue se déroulant dans les années 80, cela permet d'éviter de tomber dans un récit qui part à cent à l'heure avec des effets technologiques à tout va. Au contraire, j'ai trouvé que cela rendait les réactions des uns et des autres très crédibles. La fin de la guerre remontait à 40 ans, les survivants pouvaient encore avoir des intérêts à défendre. D'autre part l'absence de technologies actuelles permet de vivre l'aventure aux côtés d'Elsa et Fred à leur rythme.

Les personnages principaux sont attachants car humains avec leurs qualités et leurs défauts. Ils sont de la jeune génération, donc ils n'ont pas d’intérêts directs liés à la guerre, et comme le lecteur, ils découvrent l'histoire de leur famille et de leur village durant cette période sombre.

Concernant les survivants de la guerre, ils sont plus ou moins tous en demi teinte. En effet la guerre ne les a pas tous laissés indemnes. On découvre leurs différentes facettes tous au long du roman.

Du côté historique, j'ai aimé découvrir des choses que je ne connaissais pas sur la seconde guerre mondiale. On voit que l'auteure a effectué des recherches et sait faire passer les messages avec simplicité sans alourdir le récit.

Je conseille à tous les amateurs de thrillers historiques et de secrets de famille ce roman très agréable à lire, qui présente pas mal de surprises sous ses abords simples. Je lirai avec plaisir les prochains romans de cette auteure.

mercredi 11 avril 2018

Kilomètre zéro : Le chemin du bonheur de Maud Ankaoua

Synopsis

Et vous, jusqu'où irez-vous pour sauver une amie ? Maëlle, 35 ans, est directrice financière d'une start-up en pleine expansion. Ses passions: le travail, le luxe, et sa salle de sport. Une vie bien rodée jusqu'à ce que sa meilleure amie, atteinte d'un cancer, lui demande de récupérer une méthode ancestrale capable de la guérir. Commence alors un voyage inattendu au cœur des Annapurnas, guidé par un sage à la philosophie bouleversante. 

Mon avis

Il s'agit d'un roman initiatique. L'auteure a synthétisé ce qu'elle a appris à travers ses différents voyages et ses lectures afin de transmettre ce qui lui semble important. A la base ce roman a été écris pour ses proches avant d'être publier.

J'ai pris cette lecture comme un livre de développement personnel dont le format permet une approche plus détendue pour le lecteur. J'ai aimé suivre les aventures de Maëlle par petite touches, le soir avant de dormir. J'ai annoté plein de passages qui me permettront, je l'espère, d'évoluer comme je l'entends.

Ce roman m'a semblé dans la ligne des romans tels que "L'homme qui voulait être heureux" de Laurent Gounelle ou "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaelle Giordano.

J'ai pu rencontrer l'auteure lors d'une entrevue organisée par Babelio et me faire dédicacer mon exemplaire. Elle nous y a parlé de sa vie et de ses inspirations. Elle s'est montrée très naturelle et accessible. Je vous met en lien l'article babelio .

Il s'agit d'un roman de développement personnel très accessible et plein de bons conseils que je vous recommande chaudement.

jeudi 22 mars 2018

Les engloutis de Denis Lépée


Synopsis

Tommaso Mac Donnell débarque dans la petite ville sans histoire de Kotka, sur les rives du golfe de Finlande.
Si l’archéologue spécialisé en plongée sous-marine a accepté d’explorer ses eaux sombres, c’est autant pour évaluer un projet d’implantation d’éoliennes que pour fuir les fantômes de sa femme et de sa fille, qui le tourmentent depuis leur disparition un an plus tôt.
Se jetant à corps perdu dans cette mission qu’il croit simple et scientifique, Tommaso découvre bientôt de nombreuses zones d’ombre.
Le maire de Kotka, son ami de jeunesse, lui cache-t-il la vérité ? Pourquoi, depuis les financiers jusqu’à une jeune journaliste, tout le monde essaie-t-il de le décourager? Les menaces sont-elles réelles ou seulement l’écho de ses propres démons?
Dans cet univers où terre et mer se confondent, où les fonds troubles renferment une histoire longtemps engloutie, rien ne ressemble davantage à un allié qu’un ennemi

Mon avis

Je remercie les éditions de l'observatoire et Babelio pour la lecture en avant première de ce roman.

J'ai découvert, en quatrième de couverture, qu'il s'agissait des secondes aventures de Tomasso. Le fait de ne pas avoir lu ce premier tome ne m'a pas dérangé dans le suivi de cette histoire. Je ne sais pas si le fait d'avoir lu "L'ordre du monde" aurait changé mon approche.

Ce roman m'a fait très envie car notre héros est un archéologue et l'intrigue se déroule en Finlande. Pour ce qui est du côté archéologique et historique j'aurais aimé que cet aspect soit plus développé, en effet je suis restée un peu sur ma faim. Par contre pour l'univers Finlandais, j'ai eu l'impression d'y être. Ce roman m'a fait voyager lors de l'été polaire avec ses journées sans fin.

Excepté le premier chapitre, l'on suit toute l'histoire à travers les yeux et les pensées de Tomasso, ce qui ne donne au lecteur qu'un seul point de vue: est-il biaisé ou fiable? je me suis longtemps posé la question. Si ce parti pris de l'auteur permet de garder le suspens jusqu'à la fin, cela m'a aussi empêché de m'attacher au personnage principal qui tour à tour me paraissait touchant ou tête brulée (sans mauvais jeu de mots).

J'ai eu l'impression de suivre un roman d’espionnage, avec de l'action et des scènes de plongées en eaux glacées et sombres. J'ai passé un bon moment de lecture et je regrette seulement que le côté historique n'ait pas été plus développé car c'est ce qui m'a le plus intéressé.

mercredi 21 mars 2018

Jessie des ténèbres de Yann Rambaud

Synopsis

Jessie a quatorze ans. Jessie fait des cauchemars. Elle retourne toutes les nuits dans une maison plongée dans les ténèbres. Chaque pièce dissimule de terribles secrets, la clef de son intérieur, et chaque porte, chaque énigme, chaque épreuve traversée lui fait comprendre petit à petit le mystère de ses origines.

Le jour, elle vit d’autres cauchemars. Des cauchemars éveillés, cette fois, les mauvaises blagues et les railleries de ses camarades au collège, les questions qu’elle se pose depuis qu’elle sait que son père et sa mère ne sont pas ses parents biologiques. Qui était celle qui lui a donné la vie ? Pourquoi n’a-t-elle pas voulu de la petite Jessie ?

Heureusement, les ténèbres de Jessie sont trouées par d’éclatantes lumières. Il y a Alice, d’abord, cette jeune fille spontanée et rieuse qui l’entraîne chaque mercredi dans les plus absurdes dingueries, au cœur d’une forêt merveilleuse où les taupes rendent la vue et les grenouilles savent compter. Et puis il y a Gaspard, un garçon de sa classe qui la fascine et éveille en elle les premiers sentiments amoureux…


Mon avis

Après avoir lu Gaspard des profondeurs qui m'avait beaucoup marqué, ce second volet, qui peut se lire indépendamment du premier, propose un univers très particulier au sein d'une forêt.

Les deux principaux thèmes de cette histoire, que l'on va très vite découvrir, sont l'adoption et le harcèlement scolaire.

J'ai passé un très bon moment  grâce à  cette lecture jeunesse profonde, intelligente et poétique que l'on peut lire à tout âge et que je vous recommande chaudement.

J'ai rencontré l'auteur au salon de Montreuil, où j'y ai appris qu'un troisième tome était en préparation.

mercredi 14 mars 2018

Les cheveux dont je rêvais de Marjorie Jacquet

Synopsis

Paris, la mode, les hommes, le sexe, la légèreté, les amis... les ingrédients de la vie d'une trentenaire libre et inspirée. Jusqu'au jour où tout bascule, "vous avez un cancer du sein". Marjorie pleure, elle a peur. L'incompréhension, la colère d'abord puis l'épreuve à dépasser. Des amants qui disparaissent, des amitiés qui se renforcent, des liens précieux à jamais pour la vie. Marjorie affronte cette nouvelle réalité, elle livre tout dans ce récit avec sincérité et authenticité. De la perte de ses cheveux, de sa libido, de sa féminité jusqu'à la renaissance à l'aube de ses 40 ans.

Mon avis

Tout d'abord, il faut savoir qu'il s'agit d'un témoignage et non d'un roman. Marjorie est une journaliste de mode qui mène une vie digne des personnages de Sex and the city à Paris. Après un contrôle de routine, sa gynéco lui annonce qu'elle est atteinte d'un cancer du sein à 38 ans.

On va suivre Marjorie à travers cette épreuve, que ce soit les hauts et les bas, ses amis, ses amants, sa famille, son entourage professionnel, le personnel médical et les autres malades, mais aussi ses craintes, son évolution personnelle, les traitements médicaux (chirurgie, chimio, radiothérapie).

Ce témoignage est très humain, on y découvre les joies et les peines de Marjorie tout au long de cette période.

J'ai trouvé les personnages très attachants. L'écriture est fluide, j'ai dévoré cette histoire en deux jours, même si je n'ai pas toujours bien compris l'attitude de Marjorie avec ses cheveux et avec les hommes.

Je remercie Babelio et les éditions Max Milo pour cette lecture qui entre dans le cadre de la masse critique.

lundi 5 mars 2018

On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi

Synopsis

 

On la trouvait plutôt jolie, Leyli. Tout charme et tout sourire. Leyli Maal fait le ménage dans les hôtels à Port-de-Bouc, près de Marseille. Malienne, mère célibataire de trois enfants, Bamby, 21 ans, Alpha, 17 ans, Tidiane, 10 ans, Leyli nourrit un rêve immense et cache un grand secret. Leyli raconte sa vie à qui veut bien l'écouter, mais peut-elle avouer toute la vérité ? Peut-elle empêcher ses enfants de dévoiler ce qu'elle a caché ? Une vengeance ? Un trésor ? Un père ? François Valioni travaille pour une importante association d'aide aux migrants à Port-de-Bouc. Il est retrouvé au petit matin assassiné dans un hôtel. Dans sa poche, un bracelet de couleur et six coquillages. Julo Flores est un jeune lieutenant de police zélé, hyperconnecté. Méfiant envers son commandant et un peu trop sentimental, il ne peut pas croire que Bamby Maal, que tout accuse, soit la coupable. Surtout lorsque survient un second crime. 


Mon avis

 

Michel Bussi étant un de mes auteurs favoris, j'ai tout de suite voulu lire son dernier roman. L'histoire tourne autour du secret bien gardé de Leyli, maman d’origine africaine qui nous raconte son passé au fil des chapitres. J’ai beaucoup aimé cette histoire dans l’histoire qui fait voyager le lecteur dans le temps au fil de l'enquête.

Les personnages ont leurs qualités et leurs défauts, ce qui les rend très attachants.

J'ai trouvé ce roman très différent des précédents Bussi de par son rythme et son ambiance. Même si je n’ai pas été aussi surprise par le dénouement que pour Nymphéas noirs qui est mon préféré, j’ai passé un très bon moment de lecture. Bussi nous emporte dans cette histoire au couleur de Marseille mais aussi de l'Afrique. Malgré son sujet difficile, ce roman nous sensibilise à la condition des migrants. 

Comme à son habitude, l'auteur nous livre un véritable retournement de situation dans le dernier tiers du récit. Pour en savoir plus, je vous laisse lire On la trouvait plutôt jolie