mercredi 28 septembre 2016

Brooklyn de Colm Tóibín

Synopsis

Enniscorthy, sud-est de l’Irlande, années 1950. Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Un prêtre obtient pour elle un emploi aux États-Unis. En poussant sa jeune sœur à partir, sa soeur Rose se sacrifie: elle sera seule désormais pour s’occuper de leur mère veuve et aura peu de chance de se marier. Terrorisée à l’idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l’Irlande. 

Mon avis 
Cette lecture entre dans le cadre du Book club de septembre sur le thème de la littérature irlandaise et du challenge comme à l'école.
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre car je n'ai pas vu le film qui a eu un certain succès. 

Le style est agréable à lire et rend la lecture fluide. Sans être trop soutenu, il y a de jolies tournures de phrases. Par contre j'ai été surprise par le fait que le récit ne soit pas découpé en chapitres, mais en seulement quatre parties. D'autre part, le mode narratif qui décrit toute les situations d'un point de vue extérieur neutre et la rareté des dialogues met de la distance avec notre personnage principal. Passez le premier moment de surprise, je me suis laissée porter par l'histoire que nous raconte l'auteur. J'ai trouvé que cela entretenait un petit côté "désuet".

Je n'ai pas apprécié le fait que Eilis subissait trop son histoire, elle se laisse porter et regarde sa vie défiler sous ses yeux comme une spectatrice

J'ai eu l'impression que cette grande aventure, qui est de partir faire sa vie sur un autre continent complètement seule, abordée sur le biais de la vie quotidienne perdait de son relief. Je pense que cela est lié au caractère du personnage principal conjugué au mode narratif.


Au final j'ai été surprise car la plus grande partie de l'histoire se déroule en Irlande et si peu à Brooklyn qui est plus présent en toile de fond.
La fin est un peu trop ouverte à mon goût, j'aurais aimé en savoir plus sur le devenir d'Eilis qui au final m'a semblé être un prétexte à l'auteur pour présenter les sentiments ambivalents d'une personne qui va faire sa vie loin des siens, ce qu'il fait très bien au demeurant.
 
J'ai trouvé que cette histoire un peu désuète fait passer un bon moment mais sans plus, car il y manque un peu de relief à mon goût.

dimanche 25 septembre 2016

La Passe-miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune

Synopsis

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Mon avis 

J'ai attendu avec impatience ce second tome: j'ai même demandé à la médiathèque de l’acquérir!

Cette lecture a été laborieuse au départ mais très agréable sur la fin.

En effet, si j'ai beaucoup aimé le dernier tiers de ce second tome car les personnages devenaient intéressants, il y avait de l'action et des rebondissements, la première moitié de ce tome m'a déçue: j'ai mis plus d'une semaine à le lire, car je n'arrivais pas à accrocher à l'intrigue. J'ai eu l'impression qu'il y avait beaucoup de pages pour rien.

Comme pour le premier tome, le second s'achève sur un suspense de fou. Les principaux personnages ont évolué de manière intéressante. L'univers s'enrichit et on en découvre de nouvelles facettes.

Bien que mon avis soit mitigé pour ce tome dans sa globalité, la fin me donne très envie de découvrir la suite.

mercredi 21 septembre 2016

Un souffle, une ombre de Christian Carayon

Synopsis

Été 1980. Le lac de Basse-Misère, dans le sud du Massif central. Un groupe d’adolescents de bonne famille est massacré sur l’îlot où il était parti camper, en marge de la fête du club nautique local. Dans toute la région, l’onde est sismique. Comme un point de bascule irréversible, qui signe la fin d’une époque d’insouciance, et le début du déclin de la vallée.
À Valdérieu, trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé croupit derrière les barreaux. Mais à l’université de Toulouse, le chercheur en histoire Marc-Édouard Peiresoles ne croit pas en sa culpabilité. Originaire de Valdérieu, et témoin impuissant du cataclysme alors qu’il n’était que collégien, il décide de retourner sur place, et de reprendre toute l’enquête.

Mon avis

J'ai emprunté ce roman à la médiathèque suite à un avis très positif de Séverine ilestbiencelivre.

J'ai trouvé cette lecture agréable.

En effet, l'histoire fait parfois un peu peur mais pas trop, car les aspects horribles ne sont pas trop détaillés, ce qui rend cette lecture abordable pour les âmes sensibles.

L'histoire est bien  présentée car l'auteur nous amène petit à petit dans son univers bien particulier tout en maintenant le suspense: je n'ai pas deviné la solution.

J'ai aimé l'approche du prof d'histoire avec ses défauts, pour une fois c'est pas un alcoolique comme dans les clichés trop souvent rencontrés, qui part à la recherche du monstre de son enfance.

En parallèle de son enquête, on suit l'évolution du personnage principal, sa vie professionnelle à la fac, sa vie amoureuse et ses souvenirs.

Le seul point qui m'a déplu, c'est que les familles des victimes de l'été 1980 restent dans l'ignorance.

Pour conclure j'ai trouvé ce thriller agréable à suivre, original et accessible aux âmes sensibles.

dimanche 18 septembre 2016

Au temps de Botchan, tome 1 de Jirô Taniguchi et Natsuo Sekikawa

Synopsis

Sôseki a 38 ans; écrivain, professeur spécialiste de littérature anglaise à Tôkyô Daigaku, l'université impériale de la capitale japonaise, il veut écrire un nouveau roman. Gagné par une névrose lui vrillant le crâne depuis qu'il a séjourné en Europe pour ses études, l'Europe dont il hait la froideur du mode de vie et des relations, il a besoin de vaincre sa peur du regard des autres et son enfermement personnel en écrivant. Sôseki écrit pour survivre. Cet acte lui est aussi nécessaire que l'air ou l'eau.
Nous allons suivre Sôseki durant la période où il va à la recherche d'idées pour écrire son nouveau roman, «Botchan» - «Le Jeune Homme». Avec lui, c'est tout le monde littéraire du Tôkyô de Meiji qui défile; c'est aussi une saison passée au contact de ses jeunes compagnons, rencontrée lors d'une rixe d'ivrognes...

Mon avis

Il s'agit du premier tome d'une saga de type Seinen terminée en 5 tomes.

Je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque et je me suis laissé tenter par sa couverture bleue qui entre dans le thème du challenge comme à l'école.

Je n'ai pas du tout accroché à l'histoire ni au graphisme.

En effet je dirais qu'il est très difficile de suivre l'histoire et les différents personnages pour un non spécialiste de l'histoire de la littérature japonaises du début 20è siècle.

Le graphisme est typique des années 80 et il m'a semblé décalé avec l'époque décrite mais là il ne s'agit que d'un avis subjectif.

Je ne poursuivrais pas cette série et je ne peux que la conseiller à des spécialistes de cette époque pour les autres bon courage!

jeudi 15 septembre 2016

Le mari de mon frère, tome 1 Gengoroh Tagame

Synopsis

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l'arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n'est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l'homme qu'il aimait. Yaichi n'a pas alors d'autre choix que d'accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

Mon avis

Il s'agit du premier tome d'une série en cours au Japon de type Seinen.

Je l'ai lu après avoir  vu des avis très positifs et je suis ravie de ma lecture. Attention ce n'est pas du tout un Yaoi. Il s'agit de la vie quotidienne d'une famille,  composée d'un homme avec sa fille et de son beau frère, qui se découvre.

Le graphisme est très agréable et l'histoire est sobre. L'auteur aborde de façon enfantine, à travers la nièce, les questions que tout le monde se pose sur l'homosexualité masculine et lève pas mal de clichés.

Pour ce qui est des personnages, Mike est un gros nounours tout gentil, Kana est une petite fille attachante tandis que Yaichi semble moins lisse qu'il n'y parait.

J'ai trouvé qu'il s'agissait d'un manga intelligent très agréable à lire et j'ai hâte de découvrir le second tome qui doit sortir le 10/11/2016

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à  l'école.

samedi 10 septembre 2016

Tempus Mortuorum (L'Ere des Morts), tome 1 : Sweet Home Johan Duval

Synopsis

La Rochelle, janvier 2013, un mystérieux virus s’attaque brutalement à la population ; mues par une poussée d’agressivité extrême, les personnes contaminées s’en prennent à leurs congénères.
Dan, sa famille et quelques voisins se retranchent dans leur petite résidence proche du centre-ville, où ils vont très vite prendre conscience que le virus ne s’arrête pas à l’aliénation suivie de la mort. Comble de l’horreur, il réanime ensuite ses victimes en créatures errantes à la seule recherche de sujets sains, propageant irrémédiablement l’infection.

La survie du petit groupe va de là rapidement devoir s’organiser face à l’effondrement de la société, au retour des morts parmi eux mais également à la réelle folie de l’Homme.

Mon avis

Ce roman se lit très bien en un week-end. Il contient de l'action et du zombie. Si ces derniers sont bien présents, ce ne sont pas forcement eux les plus affreux!

L'action se passe en France à la Rochelle, ce qui change des Etats-Unis et de Paris! On y suit le début de l'épidémie, l'arrivée des premiers zombies et les premières réactions des survivants.

J'ai trouvé le personnage principal attachant, notamment car il n'est pas parfait ni surhumain. L'histoire nous est présentée de son point de vue. Concernant l'ensemble des personnages, les bons et les méchants ne sont pas trop caricaturaux.

L'histoire se termine de façon à ce que l'on ait envie de découvrir la suite, mais de façon plutôt satisfaisante dans le sens où l'on sait ce qui arrive au personnage principal, mais le suspense reste entier pour les personnages secondaires, ce qui permet d'attendre la suite.

Seuls petits défauts: deux ou trois coquilles dans l'ebook et la femme du personnage principal qui est un peu cucul ou traitée comme tel, mais peut être va-t-elle s'endurcir un peu par la suite?

Il s'agit donc d'une bonne lecture, divertissante et pleine d'action.