dimanche 26 juin 2016

La magie du matin de Isalou Beaudet-Regen

Synopsis

Faites-vous partie de ceux qui se disent : « Je n'ai jamais assez de temps pour moi » en rêvant d'une 25ème heure ?
Isalou vous propose la solution miracle avec un geste simple : avancer son réveil d'une heure et retrouver un vrai temps pour soi. Cet espace libéré permet de retrouver sa véritable motivation : que ce soit de faire du sport, de se poser, d'apprendre à méditer, se cultiver… C'est aussi le moment pour formuler clairement ses désirs et réaliser enfin les petits et grands projets qui nous tiennent à cœur.

Mon avis

Lu dans le cadre de la masse critique Babelio, je remercie Babelio et les éditions Leduc.s.
J'ai choisi cet ouvrage car j'étais très curieuse de voir ce que pouvait apporter ce type de livres auquel je ne suis pas accoutumée, car je ne suis pas naturellement du matin et je me demandais ce qui ce cachait derrière cette phrase accrocheuse "l'heure de plus qui va changer votre vie".

La structure du livre:

Ce dernier est divisé en quatre parties qui abordent notamment le matin, les motivations, les routines et le nouveau moi, sous différents aspects (mythologie, psychologie, conseils pratiques...).

Ce qui m'a plu: 
  • le côté pratique et claire,
  • le langage est abordable,
  • les propos sont documentés ou illustrés par des témoignages.

Ce qui m'a moins plu:

J'ai trouvé que les deux parties introductives étaient assez longues, voir légèrement décourageantes, bien que certaines notions abordées soient effectivement nécessaires à la démonstration.

La philosophie du livre

Ce qui m'a moins plu:

J'ai ressenti un parti pris, tout va dans le même sens et aucun élément de contradiction n'est présenté pour être éventuellement nuancé ou contredit. En effet tout obstacle au lever une heure plus tôt est balayé d'un revers comme étant des "croyances limitantes": que deviennent les personnes avec des horaires de nuits ou avec des problèmes de santé par exemple?

La méthode pour se dégager cette 25eme heure annoncée dans le synopsis n'est quasiment pas abordée. En effet le problème des heures de sommeils est survolé rapidement, ce qui donne le sentiment que presque tout le monde peu se passer d'une heure de sommeil. L'auteur ne le dit pas directement mais les exemples et témoignages le laissent penser. Expliquer que dormir une heure de moins par nuit vous fait gagner tant d'heures supplémentaires sur une année me gène, car sur le long terme se priver de sommeil n'est pas recommandé, alors que la piste du gain de temps consacré à internet et à la télé n'est mentionné qu'au détour d'une phrase.

Ce qui m'a plu:

J'ai beaucoup apprécié la troisième partie qui donne des idées de routines du matin ainsi que les éléments qui expliquent en quoi cela est mieux de consacrer ce temps pour soi le matin.

Conclusion:

J'ai aimé découvrir des notions de développement personnel que je ne connaissais pas forcement et j'ai apprécié les "cas illustrés ou pratiques".

J'ai été convaincue par l'idée de prévoir assez de temps le matin pour partir du bon pied (pas forcement une heure de plus) en adoptant une organisation favorable à une bonne mise en route.

Par contre je n'ai pas été convaincue par le fait que "ce moment pour soi" présenté tout au long de l'ouvrage doive forcement avoir lieu le matin. Je pense que selon sa personnalité, son mode de vie et ses contraintes, cette heure pour soi pourrait aussi bien être le soir avant le coucher (autre variante que j'ai vu sur le net) ou à tout autre moment de la journée en fonction de ses disponibilités.  

Donc concernant la fameuse phrase: "l'heure de plus qui va changer votre vie", je ne suis pas d'accord avec le "de plus" proposé sachant que nous sommes dans une société où les gens sont déjà en manque de sommeil. Par contre je suis tout à fait convaincue par les bien faits d'une heure pour soi et d'une organisation favorisant un  départ du bon pied le matin.

samedi 18 juin 2016

Glacé de Bernard Minier

Synopsis

Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d’un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée. Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d’altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ? 

Mon avis

Il s'agit d'une lecture en demi teinte, car j'en avais entendu tellement de bien et on m'avait tellement vendu ses qualités or j'ai trouvé ce roman inégal

Les 100 premières pages ne m'ont pas du tout accroché, on y retrouve de la violence et du gore notamment. Heureusement la suite est devenue très addictive. J'ai lu les 400 pages suivantes en deux soirées. L'auteur nous plonge au cœur de l'enquête avec ses rebondissements.
Puis arrivée aux 50 dernières pages, comme pour le début, je n'ai plus du tout accroché. Non seulement on sait qui est le coupable mais les invraisemblances s'accumulent. Par contre l'auteur nous présente bien le devenir de chacun des personnages.

Au final j'ai mis plus d'une semaine à lire ce roman ce qui est beaucoup pour moi. L'auteur a bien développé ses personnages et la fin n'est pas abrupte comme on peut parfois le déplorer pour certains thrillers. De plus il a su me maintenir en haleine une bonne partie du roman.

Par contre j'ai beaucoup moins aimé le côté violent et les nombreuses invraisemblances, avec notemment certaines réactions ou comportements de  personnages et surtout on se demande comment Servaz est toujours capable de tenir de debout dans le dernier tiers du récit vu tout ce qui lui arrive.

jeudi 9 juin 2016

Zéro pour l'éternité de Naoki Hyakuta et Souichi Sumoto



Synopsis

A la demande de sa sœur, romancière, Kentarô se replonge dans le passé familial pour entamer des recherches sur leur grand-père, aviateur et kamikaze décédé sous la Seconde Guerre mondiale. En recueillant les témoignages de ses anciens camarades de guerre, Kentarô découvre le portrait d'un homme complexe, aux multiples facettes, bien loin de l'image qu'il se faisait de ce pilote de l'armée japonaise.

Mon avis

   Il s'agit d'un seinen de genre historique en 5 tomes.
  
   Bien que réticente à l'origine car le sujet des Kamikazes me rebutait, j'ai beaucoup apprécié ce premier tome . Le graphisme est très beau. Le mode narratif est intéressant, on découvre l'histoire de cet aviateur japonnais de la seconde guerre mondiale à travers un témoignage  extérieur. L'auteur accroche le lecteur avec des informations qui semblent contradictoires.
J'aime beaucoup l'angle d'approche historique ainsi que les compléments d'informations en fin de tome, qui concernent aussi bien la culture japonaise que l'histoire du fameux Zéro (avion japonnais).

   Le second tome nous propose un nouveau témoignage plus en nuances sur le grand père et nous raconte l'attaque de Pearl Harbor du point de vue japonnais. Je trouve l'approche historique très enrichissante avec en même temps une explication des mentalités de l'époque et des grandes batailles de manière plutôt abordable sans tombé dans le simplisme. Le graphisme est toujours aussi beau et détaillé.

   Le troisième tome aborde un parallèle entre les kamikazes japonnais de la seconde guerre mondiale et les attaques terroristes du le 11 septembre. Dans un second temps,  le petit fils rencontre un nouveau témoin qui aborde la bataille de Guadalcanal. Contrairement aux précédents tomes le témoignage ne se circonscrit pas sur un seul tome.

  Le récit s'accélère dans le quatrième tome. Les rencontres et les témoignages se multiplient. Oncontinue à découvrir des aspects humains, culturels, politiques et historiques. Le graphisme me plait toujours autant. J'aime le fait que certains personnages soient tout en nuances. De même la guerre du point de vue japonnais est intéressante, car l'auteur présente bien les aspects positifs et négatifs de l'attitude et de la culture japonaises de l'époque. Ce tome se termine sur un élément surprenant qui donne du suspense. J'ai donc lu le tome suivant dans la foulée!
  
Le cinquième et dernier tome clôt cette série avec un retournement de situation qui m'a surprise. On y découvre la fin de guerre vécue par les japonnais, tant civils que militaires à travers le destin du personnage principal et de ses proches. Cette histoire se termine de manière poignante.

Cette série très riche, loin des clichés, éclaire une facette de l'histoire peu connue. Pour moi c'est un coup de cœur que je vous recommande chaudement.


mercredi 1 juin 2016

Rédemption de Bérengère Rousseau

Synopsis

Quand un vieux médaillon et quelques documents anciens révèlent à Noâm les soupçons de collaboration qui pèsent sur son arrière-grand-père, son monde bascule. Comment accepter et vivre avec cette honte ? Il veut comprendre. Avec son meilleur ami, il se rend au Château de Noisy, là où son aïeul fut aperçu pour la dernière fois.

Sur place, ils sont victimes d’un éboulement. Ils se réveillent en 1944 à la veille de la Bataille des Ardennes. Noâm voit là l’occasion de restaurer l’honneur de sa famille, au risque de changer le cours de l’Histoire. Et si, justement, celle-ci avait déjà changé ?

Mon avis

J'ai lu ce roman dans le cadre de la masse critique babelio. Je remercie le site ainsi que les éditions du Riez pour cette belle découverte.

Tout d'abord, je tiens à noter que le travail d'édition est soigné, la mise en page est confortable et le papier bien épais.

J'ai choisi de lire ce livre, car à la base je suis très intéressée par l'Histoire et comme je ne connaissais pas l'histoire de la Belgique pendant la seconde guerre mondiale, j'ai été très intriguée.

J'ai été surprise par le fait que la seconde guerre mondiale est plus une toile de fond tandis que le devant de la scène est surtout tenue par le thème du voyage dans le temps et des réalités alternatives. En effet comme l'indique la quatrième de couverture, que je n'avais pas lu dans son intégralité, nos personnages se retrouvent dans une autre version de l'Histoire.

Je pense que l'auteure veut faire réfléchir et sensibiliser son lecteur à la thématique des choix que toute personne peut être amenée à faire au cours d'une circonstance particulière, qui est la guerre, et que les apparences sont parfois trompeuses. En effet, si certains choix demandent du courage d'autres peuvent être pris sous la contrainte. Ce roman nous montre que n'importe qui peut être embarqué dans des circonstances qu'il ne maitrise pas forcement, à travers des personnages de résistants, de collabos, de militaires mais aussi des "malgré-eux" (que je ne connaissais pas).

L'écriture de l'auteure est très agréable à suivre et les pages défilent toutes seules. J'ai été un peu décontenancée par quelques phrases en allemand qui n'étaient pas traduites. Peut être que l'auteure a voulu nous placer dans le contexte d'une personne ne parlant pas allemand, mais je ne comprends pas bien cette démarche car nos trois personnages principaux (Noâm, Lucas et Noâm allias Félicien) comprenaient cette langue.

J'ai retrouvé par curiosité des photos du château de Noisy (ou Miranda). Je vous ai mis une vue extérieure et une vue intérieure pour vous donner une idée. Personnellement je ne l'avais pas imaginé comme cela.


C'est une lecture que je recommande aux jeunes amateurs d'Histoire mais aussi de réalités alternatives. En effet je pense qu'un lectorat adulte aurait aimé que plusieurs points soient plus creusés.