lundi 7 novembre 2016

Les fleurs du passé, tome 3 de Haruka Kawachi

Avis des tomes 1 et 2

Dans ce troisième tome, nous découvrons les personnages dans leur "intimité". L'auteur nous présente leurs sentiments mais aussi des éléments de leur passé et leurs mondes intérieurs.

Le personnage féminin devient enfin attachante. Elle commence à réellement interagir au lieu de rester passive comme dans les deux premiers tomes.

Pour l'instant ce troisième volet est mon tome préféré, l'histoire est plus développée et les personnages plus vivants.

Cette lecture entre dans le challenge comme à l'école.

vendredi 4 novembre 2016

Les fleurs du passé, tome 2 de Haruka Kawachi

Avis du tome 1: ici

Ce second tome d'une série de type Josei terminée en 4 tomes présente un trio amoureux  assez original.

Je trouve que le graphisme relativement dépouillé du premier tome s'enrichit avec un nouvel élément qui m'a surprise et qui fait évoluer l'histoire dans une nouvelle direction.

L'auteur maintient la distance avec ses personnages et donne une atmosphère légèrement onirique à l'histoire.

Je me demande ce que le tome suivant nous réserve car je ne vois pas où l'auteur veut nous mener.

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à l'école.

jeudi 3 novembre 2016

Les fleurs du passé, tome 1 de Haruka Kawachi

Il s'agit d'un manga de type josei à destination d'un public féminin adulte.

Ce premier tome d'une série terminée en 4 tomes présente un trio amoureux sous forme de huit-clos, avec un fantôme, ce qui est assez original.

J'ai trouvé le graphisme relativement dépouillé.

Mon avis est assez mitigé. En effet il s'agit d'un premier tome qui présente les éléments de l'intrigue, où une certaine compétition se met en place entre les deux personnages masculins tandis que le personnage féminin reste assez passif.

J'attends de voir ce que réserve le tome deux.

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à l'école.

lundi 31 octobre 2016

Les enquêtes de Mary Lester, tome 01 : Les bruines de Lanester de Jean Failler

Synopsis

La découverte d'un clochard noyé dans le Scorff entre Lanester et Lorient, quoi de plus banal ? La disparition d'un directeur de société, ça arrive tous les jours ! Des loubards qui volent une voiture, cambriolent une maison... Routine que tout cela pour l'inspecteur Amédéo.

La vie s'écoule, simple et tranquille au commissariat de Lorient. Ou plutôt s'écoulerait, si une jeune femme, inspecteur stagiaire, ne s'avisait de vouloir contre toute logique, relier ces faits pour en tirer des conclusions pour le moins surprenantes.

Mary Lester parviendra-t-elle, dans cet univers d'hommes, à mener son enquête jusqu'au bout 
 
Mon avis

Il s'agit d'un polars à l'ancienne de "type Maigret". L'histoire se déroule au début des années 1990, ce qui donne un petit côté retro. On y suis une jeune inspectrice stagiaire dans un monde masculin au cœur de la Bretagne, avec en arrière plan l'arsenal de Lorient, qui donne un petit côté terroir à cette enquête.
 
Le langage est bien particulier, s'il rebute dans un premier temps, avec des phrases parfois sans verbe, on s'y fait très vite. En effet, ce petit roman de 170 pages se lit d'une traite et nous propose un retournement de situation que je n'avais pas vu venir.
 
L'histoire se concentre sur l'enquête. Si le roman est court, chaque élément du récit a un sens et la vie personnelle des protagonistes est peu développée.

Un policier à l'ancienne sans violence qui devrait plaire aux amateurs d'enquêtes régionales pour un moment de détente.

J'ai le tome suivant dans ma PAL et je compte le lire avec plaisirs pour voir comment va évoluer notre enquêtrice.

Pont du Bonhomme


dimanche 30 octobre 2016

Wild de Cheryl Strayed

Synopsis

Lorsque, sur un coup de tête, Cheryl Straye enfile son sac à dos, elle n'a aucune idée de ce qui l'attend. Tout ce qu'elle sait, c'est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junky, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune femme n'a aucune réponse, mais un point de fuite : tout quitter pour une randonnée sur le "Chemin des crêtes du Pacifique". Lancée au cœur d'une nature immense et sauvage, seule sous un sac à dos trop lourd, elle doit avancer pour survivre, sur 1700 kilomètres d'épuisement et d'effort, et réussir à atteindre le bout d'elle-même.

Mon avis

J'ai lu ce livre car j'aime beaucoup les récits de voyages en solitaire dans la nature. Je n'avais pas vu le film donc je n'avais aucun a priori particulier: juste un peu peur que ce soit dramatique comme dans into the wild.
La lecture a été très rapide, en deux jours chronos, et encore j'ai fait d'autres choses en même temps.

Avis général 

J'ai adoré toute la partie PCT (Pacific Crest Trail). Je rêve de partir faire ce genre de randonnée! On a droit à de très beaux paysages et aux aventures (grandes joies et petites frayeurs) liées aux voyages en solitaires dans les grands espaces.

Au niveau du style, j'ai trouvé que la lecture défilait toute seule.

Par contre j'ai eu beaucoup de mal avec le personnage de Cheryl. Au début je me disais que sa vie avait été difficile, mais plus ma lecture avançait et plus son comportement et certaines de ses réflexions me donnaient une furieuse envie de lui mettre un coup de pied aux fesses! Par moments, j'ai trouvé qu'elle s'apitoyait de trop ou alors je la voyais prendre des décisions en dépit du bon sens en me disant: mais elle n'a rien appris! Au moins on ne peut pas dire que l'auteure se soit épargnée, elle a fait preuve de beaucoup de franchise et d'honnêteté.

Par conséquent, j'ai moins aimé la part très importante consacrée au passé dans le récit qui m'a semblé très nombriliste: ce qui se confirme par le fait que les autres personnages ne font que passer ou sont abordés de façon très rapide.

La fin est intéressante mais un peu "abrupte" dans le sens les derniers kilomètres représentent peu de pages proportionnellement aux autres. J'ai été un peu déçue par le fait que dans les 3/4 du roman Chéryl n'évolue pas (je ne remet pas en cause  la difficulté de son parcours ) et d'un seul coup "ça y est" tout va mieux, mais quid du déclic et de l'évolution? En effet, elle marche beaucoup et souffre des pieds, mais elle fait toujours de mauvais choix, se met dans des situations pas possibles et d'un seul coup, à la fin de son parcours, les choses s'éclairent et sa vie va s'arranger (je ne spoile pas du fait que depuis ce parcours l'auteur a acquis une notoriété et que l'on sait que sa vie va mieux).

Au final, j'aurais aimé un peu plus de récit de voyage et un peu moins de récit de son passé. En effet je pense qu'il était possible d'avoir une bonne vision du contexte sans que cela ne prenne autant de place dans le récit.

L'adaptation  cinématographique:

J'ai regardé le film quelques mois après et j'ai trouvé qu'il était fidèle à l'esprit du récit. J'ai beaucoup apprécié la bande son ainsi que le visuel. En effet les paysages sont magnifiques et je me suis rendu compte que les descriptions du texte m'avaient permis de visualiser des paysages conformes à la réalité. Autre bon côté, les flash-back sont plus ramassés que dans le livre ce qui allège un peu le côté pesant de certains passages, par contre le récit du trail a subit le même traitement. Le bon côté c'est que le film peut donner envie au spectateur de lire le récit et d'ainsi découvrir de façon plus détaillée le périple de Chéryl.

samedi 29 octobre 2016

Colvert pirate du Léman de Elodie Balandras

Synopsis

Colvert est un canard fougueux et intrépide. S'il a dit qu'il trouverait le Trésor du lac Léman, eh bien il le trouvera ! Même s'il faut, pour cela, affronter des tempêtes, combattre des ennemis ou convaincre des amis grognons.

Mon avis

Je remercie Babélio et les éditions boule de neige pour cette découverte.

Il s'agit d'un livre jeunesse de 34 pages pour les enfants à partir de deux ans.

Le papier est bien épais et tout doux. Les illustrations sont bien colorées. Elles raviront les petits et les grands. L'histoire présente des rebondissements qui captiveront les jeunes lecteurs.

Je trouve le texte un peu trop élaboré avec des jeux de mots et des zézaiements qui me semblent trop complexes pour un enfant de deux ans.  Personnellement je conseillerais ce livre aux grandes sections de maternelle et aux enfants qui commencent à apprendre à lire. Par contre les illustrations sont abordables pour les plus petits.

vendredi 28 octobre 2016

Je suis un chat de Tirol Cobato

Synopsis

La vie de Kushami, un professeur d'anglais, vue à travers les yeux d'un chat. Parmi les personnages croisés : un étudiant amoureux, un tireur de pousse-pousse, un riche industriel, etc. Une satire d'une société japonaise secouée par l'essor des valeurs marchandes venues d'Occident.

Mon avis

Il s'agit d'un seinen que j'ai pris sans avoir lu le synopsis car je suis fan des chats.

Le chat tient une place d'observateur de la société de l'époque. Si le petit félin est bien sympathique les humains de son entourage le sont moins.

Honnêtement, il ne se passe pas grand-chose dans ce manga. J'ai  trouvé que la lecture était plus agréable en lisant les chapitres petit à petit, comme autant de tranches de vie.

Je regrette que ce manga se clôt sur un moment d'humour franchement misogyne.

Je recommande ce manga aux amateurs de culture japonaise et non aux fans de chats.

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à l'école

dimanche 23 octobre 2016

Nous irons tous au paradis de Fannie Flagg

Synopsis

Elner Shimfissle, octogénaire, se fait piquer par des guêpes et tombe d'une échelle. Arrivée à l'hôpital, elle est déclarée morte. Les habitants se souviennent de cette femme et s'interrogent sur le sens de la vie.

Mon avis

Cette lecture entre dans le cadre de la masse critique Babélio. Je remercie le site et les éditions cherche midi pour cette très bonne lecture.

Tout d'abord je suis une fan de Beignets de tomates vertes que j'ai lu et relu. Il s'agit ici du second roman de l'auteur que je lis.

On y retrouve l'ambiance chaleureuse et familiale ainsi que les petites péripéties qui font le charme des romans de Fannie Flag. Il s'agit d'un bon roman feel good que j'ai dégusté tranquillement par choix pour rester le plus longtemps dans cet univers.

Le roman est découpé en petits chapitres, ce qui rend la lecture plus dynamique.

Je dois avouer que lors des premiers chapitres, je me suis un peu perdue, car l'auteur nous présente tous les protagonistes les uns à la suite des autres sans nous dire tout de suite leurs liens dans l'histoire, mais rapidement tout se met en ordre et la lecture coule toute seule.

L'écriture est très agréable et tous les éléments trouvent leur dénouement. S'il y a beaucoup de bons sentiments, quelques évènements difficiles parsèment l'histoire.

Je n'ai pas retrouvé le côté saga familiale des Beignets de tomates vertes, par contre il s'agit d'un bon roman feel good qui apaise et met du baume au cœur.

mercredi 5 octobre 2016

Ikumen After, tome 1 de Kazuma Kodaka

Synopsis

Jeune entrepreneur surmené et père célibataire d'un petit garçon, monsieur Asakura a du mal à gérer sa situation professionnelle et l'éducation de son fils en même temps. C'est alors qu'il rencontre Kentarô, lui aussi dans la même situation familiale. Les deux hommes au caractère et au rang social totalement opposé deviennent alors amis, avant de prendre petit à petit conscience de leurs sentiments réciproques...

Mon avis

Il s'agit du premier manga de cette mangaka que je découvre avec plaisir. Il s'agit d'un Yaoï de type romance, tranche de vie, très soft sans scène osée. 


J'ai beaucoup apprécié cette romance très fleur bleue entre adultes. L'auteur a pris la peine de développer ses personnages et leur environnement. On suit leur vie au travail, avec leurs amis et en famille, même si le lieu central de l’histoire est l'école maternelle que fréquentent les enfants. Les personnages ne sont pas caricaturaux et ont des vies assez normales. On suit pas à pas l'évolution de leur relation, d'amicale à peut-être plus.


Concernant le graphisme, je l'ai trouvé très joli : les personnages ont de beaux cheveux et de beaux yeux et les décors sont bien travaillés. On ne se retrouve pas avec des cases sur fond blanc comme on en voit trop souvent. Par contre j'ai été surprise et induite en erreur par l'apparence très efféminée de certains personnages secondaires. Je vous ai mis deux planches pour vous donner une idée de la qualité des très beaux dessins.

J'ai passé un très bon moment de lecture. Ce premier tome fait partie d'une série complète terminée en deux tomes dont j'ai déjà acheté et lu la suite.

Je remercie les éditions Taifu comic  et Livraddict pour ce partenariat.






mercredi 28 septembre 2016

Brooklyn de Colm Tóibín

Synopsis

Enniscorthy, sud-est de l’Irlande, années 1950. Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Un prêtre obtient pour elle un emploi aux États-Unis. En poussant sa jeune sœur à partir, sa soeur Rose se sacrifie: elle sera seule désormais pour s’occuper de leur mère veuve et aura peu de chance de se marier. Terrorisée à l’idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l’Irlande. 

Mon avis 
Cette lecture entre dans le cadre du Book club de septembre sur le thème de la littérature irlandaise et du challenge comme à l'école.
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre car je n'ai pas vu le film qui a eu un certain succès. 

Le style est agréable à lire et rend la lecture fluide. Sans être trop soutenu, il y a de jolies tournures de phrases. Par contre j'ai été surprise par le fait que le récit ne soit pas découpé en chapitres, mais en seulement quatre parties. D'autre part, le mode narratif qui décrit toute les situations d'un point de vue extérieur neutre et la rareté des dialogues met de la distance avec notre personnage principal. Passez le premier moment de surprise, je me suis laissée porter par l'histoire que nous raconte l'auteur. J'ai trouvé que cela entretenait un petit côté "désuet".

Je n'ai pas apprécié le fait que Eilis subissait trop son histoire, elle se laisse porter et regarde sa vie défiler sous ses yeux comme une spectatrice

J'ai eu l'impression que cette grande aventure, qui est de partir faire sa vie sur un autre continent complètement seule, abordée sur le biais de la vie quotidienne perdait de son relief. Je pense que cela est lié au caractère du personnage principal conjugué au mode narratif.


Au final j'ai été surprise car la plus grande partie de l'histoire se déroule en Irlande et si peu à Brooklyn qui est plus présent en toile de fond.
La fin est un peu trop ouverte à mon goût, j'aurais aimé en savoir plus sur le devenir d'Eilis qui au final m'a semblé être un prétexte à l'auteur pour présenter les sentiments ambivalents d'une personne qui va faire sa vie loin des siens, ce qu'il fait très bien au demeurant.
 
J'ai trouvé que cette histoire un peu désuète fait passer un bon moment mais sans plus, car il y manque un peu de relief à mon goût.

dimanche 25 septembre 2016

La Passe-miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune

Synopsis

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Mon avis 

J'ai attendu avec impatience ce second tome: j'ai même demandé à la médiathèque de l’acquérir!

Cette lecture a été laborieuse au départ mais très agréable sur la fin.

En effet, si j'ai beaucoup aimé le dernier tiers de ce second tome car les personnages devenaient intéressants, il y avait de l'action et des rebondissements, la première moitié de ce tome m'a déçue: j'ai mis plus d'une semaine à le lire, car je n'arrivais pas à accrocher à l'intrigue. J'ai eu l'impression qu'il y avait beaucoup de pages pour rien.

Comme pour le premier tome, le second s'achève sur un suspense de fou. Les principaux personnages ont évolué de manière intéressante. L'univers s'enrichit et on en découvre de nouvelles facettes.

Bien que mon avis soit mitigé pour ce tome dans sa globalité, la fin me donne très envie de découvrir la suite.

mercredi 21 septembre 2016

Un souffle, une ombre de Christian Carayon

Synopsis

Été 1980. Le lac de Basse-Misère, dans le sud du Massif central. Un groupe d’adolescents de bonne famille est massacré sur l’îlot où il était parti camper, en marge de la fête du club nautique local. Dans toute la région, l’onde est sismique. Comme un point de bascule irréversible, qui signe la fin d’une époque d’insouciance, et le début du déclin de la vallée.
À Valdérieu, trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé croupit derrière les barreaux. Mais à l’université de Toulouse, le chercheur en histoire Marc-Édouard Peiresoles ne croit pas en sa culpabilité. Originaire de Valdérieu, et témoin impuissant du cataclysme alors qu’il n’était que collégien, il décide de retourner sur place, et de reprendre toute l’enquête.

Mon avis

J'ai emprunté ce roman à la médiathèque suite à un avis très positif de Séverine ilestbiencelivre.

J'ai trouvé cette lecture agréable.

En effet, l'histoire fait parfois un peu peur mais pas trop, car les aspects horribles ne sont pas trop détaillés, ce qui rend cette lecture abordable pour les âmes sensibles.

L'histoire est bien  présentée car l'auteur nous amène petit à petit dans son univers bien particulier tout en maintenant le suspense: je n'ai pas deviné la solution.

J'ai aimé l'approche du prof d'histoire avec ses défauts, pour une fois c'est pas un alcoolique comme dans les clichés trop souvent rencontrés, qui part à la recherche du monstre de son enfance.

En parallèle de son enquête, on suit l'évolution du personnage principal, sa vie professionnelle à la fac, sa vie amoureuse et ses souvenirs.

Le seul point qui m'a déplu, c'est que les familles des victimes de l'été 1980 restent dans l'ignorance.

Pour conclure j'ai trouvé ce thriller agréable à suivre, original et accessible aux âmes sensibles.

dimanche 18 septembre 2016

Au temps de Botchan, tome 1 de Jirô Taniguchi et Natsuo Sekikawa

Synopsis

Sôseki a 38 ans; écrivain, professeur spécialiste de littérature anglaise à Tôkyô Daigaku, l'université impériale de la capitale japonaise, il veut écrire un nouveau roman. Gagné par une névrose lui vrillant le crâne depuis qu'il a séjourné en Europe pour ses études, l'Europe dont il hait la froideur du mode de vie et des relations, il a besoin de vaincre sa peur du regard des autres et son enfermement personnel en écrivant. Sôseki écrit pour survivre. Cet acte lui est aussi nécessaire que l'air ou l'eau.
Nous allons suivre Sôseki durant la période où il va à la recherche d'idées pour écrire son nouveau roman, «Botchan» - «Le Jeune Homme». Avec lui, c'est tout le monde littéraire du Tôkyô de Meiji qui défile; c'est aussi une saison passée au contact de ses jeunes compagnons, rencontrée lors d'une rixe d'ivrognes...

Mon avis

Il s'agit du premier tome d'une saga de type Seinen terminée en 5 tomes.

Je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque et je me suis laissé tenter par sa couverture bleue qui entre dans le thème du challenge comme à l'école.

Je n'ai pas du tout accroché à l'histoire ni au graphisme.

En effet je dirais qu'il est très difficile de suivre l'histoire et les différents personnages pour un non spécialiste de l'histoire de la littérature japonaises du début 20è siècle.

Le graphisme est typique des années 80 et il m'a semblé décalé avec l'époque décrite mais là il ne s'agit que d'un avis subjectif.

Je ne poursuivrais pas cette série et je ne peux que la conseiller à des spécialistes de cette époque pour les autres bon courage!

jeudi 15 septembre 2016

Le mari de mon frère, tome 1 Gengoroh Tagame

Synopsis

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l'arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n'est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l'homme qu'il aimait. Yaichi n'a pas alors d'autre choix que d'accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

Mon avis

Il s'agit du premier tome d'une série en cours au Japon de type Seinen.

Je l'ai lu après avoir  vu des avis très positifs et je suis ravie de ma lecture. Attention ce n'est pas du tout un Yaoi. Il s'agit de la vie quotidienne d'une famille,  composée d'un homme avec sa fille et de son beau frère, qui se découvre.

Le graphisme est très agréable et l'histoire est sobre. L'auteur aborde de façon enfantine, à travers la nièce, les questions que tout le monde se pose sur l'homosexualité masculine et lève pas mal de clichés.

Pour ce qui est des personnages, Mike est un gros nounours tout gentil, Kana est une petite fille attachante tandis que Yaichi semble moins lisse qu'il n'y parait.

J'ai trouvé qu'il s'agissait d'un manga intelligent très agréable à lire et j'ai hâte de découvrir le second tome qui doit sortir le 10/11/2016

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à  l'école.

samedi 10 septembre 2016

Tempus Mortuorum (L'Ere des Morts), tome 1 : Sweet Home Johan Duval

Synopsis

La Rochelle, janvier 2013, un mystérieux virus s’attaque brutalement à la population ; mues par une poussée d’agressivité extrême, les personnes contaminées s’en prennent à leurs congénères.
Dan, sa famille et quelques voisins se retranchent dans leur petite résidence proche du centre-ville, où ils vont très vite prendre conscience que le virus ne s’arrête pas à l’aliénation suivie de la mort. Comble de l’horreur, il réanime ensuite ses victimes en créatures errantes à la seule recherche de sujets sains, propageant irrémédiablement l’infection.

La survie du petit groupe va de là rapidement devoir s’organiser face à l’effondrement de la société, au retour des morts parmi eux mais également à la réelle folie de l’Homme.

Mon avis

Ce roman se lit très bien en un week-end. Il contient de l'action et du zombie. Si ces derniers sont bien présents, ce ne sont pas forcement eux les plus affreux!

L'action se passe en France à la Rochelle, ce qui change des Etats-Unis et de Paris! On y suit le début de l'épidémie, l'arrivée des premiers zombies et les premières réactions des survivants.

J'ai trouvé le personnage principal attachant, notamment car il n'est pas parfait ni surhumain. L'histoire nous est présentée de son point de vue. Concernant l'ensemble des personnages, les bons et les méchants ne sont pas trop caricaturaux.

L'histoire se termine de façon à ce que l'on ait envie de découvrir la suite, mais de façon plutôt satisfaisante dans le sens où l'on sait ce qui arrive au personnage principal, mais le suspense reste entier pour les personnages secondaires, ce qui permet d'attendre la suite.

Seuls petits défauts: deux ou trois coquilles dans l'ebook et la femme du personnage principal qui est un peu cucul ou traitée comme tel, mais peut être va-t-elle s'endurcir un peu par la suite?

Il s'agit donc d'une bonne lecture, divertissante et pleine d'action.

dimanche 7 août 2016

Le temps est assassin

Synopsis

Été 1989, Corse, presqu’île de Revellatta. Un fatal accident de voiture : quatre occupants, une seule survivante, une adolescente de quinze ans. Tous sont morts sous ses yeux.
Été 2016, devenue femme et mère, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec sa famille, en vacances, pour exorciser le passé…
A l’endroit même où elle passait son dernier été avec ses parents, elle trouve une lettre.
Une lettre signée de sa mère… Vivante ?

Mon avis

J'ai beaucoup aimé l'ambiance des vacances au camping corse et le fond musical de l'année 89: je m'y suis cru.

Le suspense monte petit à petit, tout doucement mine de rien, et les suspects sont nombreux.

J'ai pris mon temps pour profiter de l'ambiance et rechercher tranquillement la solution. Comme d'habitude l'auteur nous balade.

C'est un policier/thriller parfait pour les vacances d'été, que ce soit l'ambiance estivale, le suspense, les histoires d'amour et de famille avec une pointe d'Agatha Christie.

Ce roman m'a donné très envie de découvrir la Corse!

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à l'école.

lundi 1 août 2016

Victoria et les Staveney de Doris Lessing

Synopsis

Victoria n'a jamais oublié sa rencontre, à l'âge de neuf ans, avec une riche famille blanche, les Staveney.

Mon avis

Attention, je ne conseille pas de lire le synopsis, car sur mon édition, il spoile 90% du roman! Je ne vous ai mis, ci dessus, que les éléments de départ du roman.

Il s'agit d'un roman très court qui se lit en quelques heures à peine. Le récit à la troisième personne et l'absence de chapitre peut surprendre. L'écriture est très fluide et l'histoire défile toute seule.

Ce roman traite du sujet du quart monde, sans tomber dans le pathos, que ce soit les inégalités sociales, scolaires, la vie dans les banlieues...

Le récit très court délivre bien ses messages, même si le lecteur peut trouver ce dernier trop court. En effet des passages et des points de vues auraient sans problème pu être développés.

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à l'école.

mardi 26 juillet 2016

L'apprentie geisha de Kazuo Kamimura

Synopsis

O-Tsuru ("la grue"), appelée ainsi parce que petite elle avait l'habitude de se tenir sur un pied pour réchauffer l'autre, a été vendue par ses parents pour qu'elle devienne une geisha.
Elle va donc commencer comme shikomikka ("apprentie") dans une okiya : la maison où vivent les geishas. En faisant les commissions de ses aînées, Tsuru va découvrir la vie de ses femmes.
Enfin, un jour, son tour arrive. Elle se rend dans la chambre de son bienfaiteur. Celui qui, en payant les frais de cérémonie, va la faire entrer dans le monde des geishas. Tsuru va alors prendre le nom de Tsurugiku et devenir une geisha célèbre dans le monde des plaisirs.

Mon avis 

Il s'agit d'un manga seinen (pour adulte) du même auteur que lady snowblood qui a été un coup de cœur pour moi.

Le graphisme est très caractéristique, il se rapproche des estampes japonaisesce qui donne un rendu "vintage".

J'avais très envie de découvrir ce manga, car j'aime beaucoup le travail de cet auteur, par contre le thème m'effrayait un peu. J'avais peur de voir beaucoup de scènes avec de la violence ou de sexe. C'est pourquoi je l'ai emprunté à la bibliothèque.

Je vous  rassure, je n'ai pas trouvé de scène choquante pour un adulte.

L'histoire d'Otsuru n'est pas facile. Elle vit parfois des moments difficiles mais le récit n'est pas glauque ni scabreux. J'ai apprécié la subtilité des personnages, il n'y a pas de caricature. J'ai aimé l'aspect historique et culturel.

Cette lecture est très enrichissante avec de très belles planches.

Je conseille vivement cette lecture à tous ceux qui aiment le graphisme des estampes japonaises et/ou qui veulent découvrir une partie de l'histoire culturelle du Japon des années 30  et 40.

Personnellement je souhaite ajouter ce manga à ma collection. et c'est un nouveau coup de cœur pour cet auteur.

Challenge comme à l'école

vendredi 22 juillet 2016

Code Lupin de Michel Bussi

Synopsis

L'aiguille creuse d'Etretat, les tours blanches de l'abbaye de Jumièges, le vieux phare de Tancarville, le tombeau de Rollon sous les ruines de Thibermesnil, la valleuse déserte de Parfonval, les îles englouties de la Seine, les marées d'équinoxe de la Barre-y-va... Autant de lieux mystérieux dont les énigmes sont percées par Arsène Lupin, dans de fascinantes chasses aux trésors, au coeur du triangle d'or, le fameux triangle cauchois, imaginé par Maurice Leblanc. Imaginé ? Est-ce si sûr ? Et si les aventures d'Arsène Lupin dissimulaient un code ? Un sens secret ? La clé d'un trésor normand, bien réel celui-là ? Le professeur Roland Bergton en est convaincu. Il dispose d'une journée pour percer l'énigme, avec pour seuls indices une pièce d'or trouvée sous les falaises, une nouvelle inachevée de Maurice Leblanc... et l'aide d'une jeune étudiante en histoire, aussi brillante que séduisante

Mon avis

J'ai lu ce roman dans le cadre de la lecture commune que j'ai organisée, vous pourrez lire les avis des autres participants ici (liens en attente).

Comme j'avais envie de lire tous les romans de Bussi  et qu'il ne me restait que sa dernière parution ou Sang famille qui est difficilement trouvable car épuisé, mon choix c'est porté sur son premier roman.

Alors voilà, c'est un premier roman. Donc on y retrouve la plume agréable de l'auteur, on voit bien que c'est un géographe qui nous fait découvrir la Normandie: les descriptions et anecdotes sont très intéressantes. Par contre il y a des petits défauts narratifs, vers le milieu du roman on en oublie l'objet de l'enquête mais heureusement l'auteur recentre son récit par la suite.

Je me suis lancée dans cette lecture sans lire le synopsis, je savais seulement que l'histoire se voulait un da vinci code normand sur le thème d'Arsène Lupin. Pour être franche, il ne faut pas attendre de l'action et des rebondissements de fou comme Bussi saura si bien le faire dans ses romans suivants. Ici il s’agit d'une gentille chasse au trésors dans le pays de Caux, on y découvre cette région et plein d'infos sur Maurice Leblanc et Arsène Lupin.

J'ai bien aimé ces balades bucoliques: découvrir des anecdotes locales tant sur la géographie que l'histoire des lieux. D’autre part, j'ai découvert un peu de l'univers de Maurice Leblanc et d'Arsène Lupin, que je ne connaissais que très peu, et j'ai bien envie de lire un roman ou deux de cette série pour voir de quoi il retourne.

La solution de la chasse au trésors et la fin m'ont bien plu, car intéressantes et réalistes.

Je conseille cette lecture à qui veut découvrir la région, aux fans d'Arsène Lupin et à tous les curieux. Par contre attention ce roman n'a rien à voir avec tous les autres romans de l'auteur.

Voici quelques photos concernant des éléments du récit pour vous donner une idée de l'ambiance.
aiguille d'Etretat
statut de saint Sulpice


colombier dodécaèdre
allée  de hêtres menant au château de Boscol

mercredi 20 juillet 2016

Albédo de Sébastien Fritsch

Synopsis:

L'amitié est ce qui reste quand on a tout perdu. Alors Nil n'hésite pas : dès que Mock le contacte, il accepte de le suivre. Même s'ils ne se sont pas dit un mot depuis quinze ans. Même si c'est pour convoyer une urne funéraire. Et même si la destination n'est autre que Ti-Gwern, cette grande maison où, quelque vingt ans plus tôt, ils étaient une poignée à partager leur jeunesse.
Nil sait pourtant qu'on n'efface pas le temps en remontant une vieille route : les rires et la musique, les vins parfumés, les regards, les désirs qui animaient tous leurs séjours dans ce lieu hors du monde, sont désormais bien loin... sans même parler de Maud.
Alors, est-ce l'amitié ou la nostalgie qui le motive à faire le voyage ? Ou devinerait-il, sans vraiment se l'avouer, que rien n'est vraiment fini tant qu'on ne s'y résigne pas ?

Mon avis:

Je remercie Livraddict et Sébastien Fritsch pour ce partenariat. J'ai beaucoup apprécié la dédicace et les deux très beaux marques pages qui accompagnaient ce roman.

La maison d'éditions Fin mars début avril, créée par l'auteur, propose un objet livre de qualité avec une très belle couverture et un papier bien épais.

Dès les premières pages l'auteur nous transporte dans cette grande maison avec piscine à l’orée des bois, en compagnie d’une ribambelle d’amis, dans une atmosphère festive sur fond de guitare et d'amours d'été.

Mais attention la couverture de Albédo est trompeuse, derrière cette photo  estivale se cache un roman nostalgique qui se révèle être une quête identitaire à un moment de la vie de Nil où rien ne semble aller. 

En effet, nous suivons une sorte d'enquête des personnages qui cherchent à démêler les histoires du passé mais aussi les questionnements du présent avec pour toile de fond une histoire d'amitié entre deux hommes qui remonte à plus de quinze ans et des histoires d’amour qui s’étiolent petit à petit.
 
Si l'histoire est originale avec un peu de suspens, elle contient quelques longueurs. J'ai trouvé qu'au final il ne se passe pas grand chose. 

Je n'ai pas trop accroché aux deux amis que sont  Nil, paumé au milieu de ses états d’âme, et Mock dont on ne sait quasiment rien.

Je m'attendais à une histoire d'amitié sur fond estival et les états d'âmes de Nil m'ont refroidie.

Cette lecture entre dans le cadre du challenge comme à l'école